RETOURS D'USAGES

L’e-carnet-maternelle, carnet numérique de suivi des apprentissages en cycle 1

A l’occasion de l’université d’été de Ludovia, 15ème édition, de nombreux enseignants et autres membres de la communauté éducative vont venir présenter leur expérience avec le numérique sur le thème de l’année, « Innovations & Institutions autour du numériques éducatif ». Ludomag se propose de vous donner un avant-goût de ces ateliers jusqu’au début de l’évènement, lundi 20 août.

 

Thierry Gaillot présentera « L’e-carnet-maternelle, carnet numérique de suivi des apprentissages en cycle 1 » sur la session II.

 

Problématique pédagogique :

Répondre à la demande institutionnelle d’un carnet de suivi des apprentissages en maternelle conservant des traces très diverses (photos, vidéos, audio, texte, dessins)

Le site Eduscol indique ce qu’il peut être et ce qu’il ne doit pas être. En référence à ce texte officiel notre ecarnet est à la fois :
-un carnet d’observation au long cours
-un carnet de traces avec une interprétation synthétique de l’enseignant
-un carnet de communication pour les parents et les enseignants
En revanche, il n’est pas :
-un livret de compétences déclinées en sous-compétences
-un catalogue de fiches d’évaluation
-un simple cahier d’élève

L’élève devient acteur de son apprentissage et de son évaluation :
– Il peut réaliser lui-même la saisie de la trace qu’il souhaite conserver, quand il estime devoir le faire (autonomie). La partie commentaire peut être réalisé vocalement.
– Les traces des activités permettent un travail de méta cognition important. Les photos, vidéos, fichiers sons, textes, aident à se remémorer l’activité et la synthèse vocale permet à l’élève de réécouter les commentaires associés.
– Les traces d’un même attendu se retrouvent côte à côte dans l’e-carnet généré de manière à mieux visualiser le suivi des apprentissages et les progrès réalisés.

Nous avons essayé de conserver l’esprit «évaluation positive, dans la bienveillance » prôné par Mme Viviane Bouysse. Dans ces carnets, la référence, c’est l’enfant et non une norme. Ce que l’on souhaite mettre en avant, ce sont ses progrès.

Apport du numérique :

Son apport est essentiel pour la création de carnet de suivi complexe. En effet, seul une outil numérique doté de certaines applications est à même de saisir l’ensemble des traces souhaitées : photos, vidéos, enregistrements sonores, textes… De même, il n’existe pas d’autres possibilités que le numérique pour effectuer de manière autonome une reconnaissance vocale (dictée d’un commentaire transcrit en texte) ou une synthèse vocale (lecture audio du commentaire).

Ses capacités de mise en page permettent en outre la création de carnet individuel structuré.
Sa mémoire interne permet le stockage de bases de données diverses : noms, attendus, observables, images, vidéos, sons, adresses mails etc… La possibilité de réunir des données selon un ordre choisi et établi facilite la conception du ecarnet. Ainsi, en supplément des données personnelles et celles de l’établissement, les traces se retrouvent automatiquement rassemblées dans l’ordre chronologique, par domaines, avec les commentaires associés, permettant ainsi un réel suivi des apprentissages dans le temps.

La possibilité de connecter l’appareil à Internet offre la possibilité de communiquer ces carnets directement par mail aux parents d’élèves. Une version connectée, à l’étude, permettrait aux parents de consulter le carnet depuis leur smartphone et de recevoir une notification pour toute nouvelle trace.

Relation avec le thème de l’édition :

Cette application permettant un suivi numérique des apprentissages est une réelle innovation pédagogique dans le domaine du numérique éducatif. A ce titre, elle a été retenue lors du Forum de l’Innovation pédagogique organisé en février par le Café pédagogique. A notre connaissance, il n’en existe pas d’autre réalisée sous Android.

Cet aspect innovant interpelle les institutions notamment : Inspection académique et de circonscription, DANE, DSI, Canopé, Groupe Académique Maternelle, Café pédagogique…
Celles centrées sur la pédagogie, Inspection de circonscription, GAM… soulignent la pertinence de l’outil et poussent à sa diffusion. Celles plus techniques DANE, DSI, concentrent plus leur attention sur les aspects sécuritaires avant même la raison d’être de l’outil et ses apports.

Au final, nous dirons que chacun est dans son rôle mais que les institutions « parallèles » type Ludovia et Café pédagogique sont indispensables car elles aident à bouger les lignes en étant beaucoup plus réactives aux propositions de changement.

Synthèse et apport du retour d’usage en classe :

  • Pour l’élève :

– Plus engagé dans la tâche ;
– Plus persévérant ;
– S’exprime davantage ;
– Partage avec les autres ;
– La possibilité de montrer aux parents les motivent beaucoup ;
– Peuvent avoir tendance à vouloir tout prendre en photo ;
– Sollicite l’enseignant pour la prise de trace (d’où l’intérêt de laisser une certaine autonomie aux élèves).

  • Pour l’enseignant :

– Très pratique pour saisir les traces de toutes sortes ;
– Facile de faire un suivi à partir du e-carnet qui montre les traces d’un même attendu côte à côte ;
– Facile à transmettre, évite les impressions papier notamment pour les photos ;
– Permet une meilleure assimilation des observables et attendus de l’Éducation Nationale ;
– Il faut s’approprier l’outil ;
– Il est parfois contraint de changer sa manière d’enseigner (accepter que l’élève soit partie prenante de son propre apprentissage) ;
– Chaque carnet est différent. Cela peut être déstabilisant au début ;
– Peut-être chronophage si l’enseignant seul saisit les traces d’où l’intérêt de faire participer les élèves à la saisie de leurs traces.

Plus d’infos sur : Thierry Gaillot
Retrouvez tous les articles sur Ludovia#15 et toutes les présentations d’ateliers sur notre page http://www.ludovia.com/tag/ludovia-2018/

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top