Loisirs numériques

Interwoven dirige les rénovations virtuelles du Rijksmuseum d’Amsterdam

RIJJSKMUSEUM

En ce qui concerne le Rijksmuseum, un projet de rénovation radical des bâtiments d’Amsterdam a donné l’impulsion à la création d’un nouveau musée virtuel en ligne. Le personnel du musée, les quelque 1,1 million de visiteurs annuels et la communauté artistique du monde entier peuvent désormais disposer des collections et des ressources du célèbre musée.

Alors que les bâtiments abritant les collections du Rijksmuseum font partie des biens les plus précieux des musées du monde entier, les images numériques de ces mêmes œuvres d’art jouent un rôle tout aussi essentiel dans le travail de l’institution. « Les images touchent à tout ce que nous entreprenons dans notre organisation : la mise en place d’expositions et la conservation de nos collections, les publications, les nouveaux médias, la recherche, le marketing et la vente de marchandises dans notre boutique », explique Rob Hendriks, Responsable IT du Rijksmuseum.

Toutefois, jusqu’il y a peu, le personnel du musée bataillait avec les processus manuels qui compliquaient l’accès et la gestion d’images de haute qualité aux couleurs retouchées, nécessaires à la fois aux médias traditionnels et aux nouveaux canaux tels que l’impression sur demande, le podcasting audio et vidéo et le contenu riche Web 2.0. « Créer et fournir une seule image correcte nous a demandé énormément d’efforts en terme de personnel et d’heures de travail », ajoute Rob Hendriks.

Afin d’utiliser plus efficacement la richesse et la diversité de ses collections, le Rijksmuseum a entamé la création d’un archivage numérique d’images de haute qualité combiné à des capacités complètes de gestion numérique des biens ainsi qu’à la collaboration et l’intégration aux systèmes d’autres musées. Pour le public, l’archivage constituera la base d’un musée virtuel en ligne, comparable aux grandes institutions d’art d’Europe. « Les visiteurs pourront apprécier une expérience personnalisée de nos collections, soit en préparant leur propre tour avant de venir visiter notre musée, soit en explorant nos collections chez eux via le Web », ajoute Rob Hendriks.

Howard Goldstein, vice-président du Center for Digital Imaging, fournisseur et leader en systèmes d’information et d’imagerie numérique d’œuvres d’art, a collaboré avec le Rijksmuseum pour la mise en place de MediaBin d’Interwoven, une solution de gestion de ressources numériques de pointe (DAM). « Les œuvres actuellement affichées ne représentent qu’une infime partie des ressources du musée. MediaBin d’Interwoven permettra au personnel, partout dans le musée, de retrouver, d’utiliser ou d’éditer rapidement des images de la collection du musée ainsi que le contenu relatif, notamment les articles et les interviews des artistes, des images et des comptes rendus historiques, des pages d’informations ainsi que d’autres données pour les visiteurs », explique Howard Goldstein.

Grâce à l’archivage numérique du Rijksmuseum, bientôt terminé, les processus autrefois laborieux et administratifs pour obtenir une image de la collection du musée seront réduits à un simple clic de souris. La qualité de nos images est capitale pour la présentation de notre collection. Auparavant, beaucoup trop d’images de mauvaise qualité ont été utilisées. Maintenant, MediaBin d’Interwoven nous garantit les meilleurs résultats possibles », ajoute Rob Hendriks.

Des workflows plus rapides permettront également au Rijksmuseum d’accélérer ses programmes marketing, ce qui joue un rôle déterminant dans la génération de revenus grâce à une augmentation des visites ainsi qu’à une amélioration du profil du musée au sein de la communauté artistique, et qui permet d’obtenir plus de fonds et d’œuvres d’art.

Selon Seth Rosenblatt, vice-président Web Solutions product marketing chez Interwoven, « les musées comprennent que leurs capacités numériques sont tout aussi importantes que leurs installations physiques pour gérer leur collection, atteindre le nombre de visiteurs souhaité et servir les nombreuses circonscriptions de leur communauté artistique. L’archivage numérique du Rijksmuseum l’aidera à mettre ses collections à disposition d’un plus large public et à redéfinir la manière dont les visiteurs et les musées interagissent à l’époque du numérique. »

La mise en place de l’archivage numérique du Rijksmuseum est gérée par Panoptic, un partenaire d’Interwoven basé à Anvers. Panoptic a utilisé la technologie speakTECH afin d’intégrer MediaBin d’Interwoven au portail Microsoft SharePoint, permettant ainsi aux membres du personnel l’utilisation de formulaires SharePoint pour la demande d’images et le suivi de ces demandes.

Un connecteur au système de conservation du musée reliera automatiquement des métadonnées à chacune des images dès qu’elles seront ajoutées dans le répertoire MediaBin d’Interwoven. Des liens aux systèmes existants de finances et de gestion des relations avec la clientèle simplifieront et automatiseront l’exécution et la facturation de commandes et faciliteront les ventes croisées. « Un client qui commande des images peut éventuellement être intéressé par d’autres offres comme les événements, les expositions et les cours », commente Rob Hendriks.

Rob Hendriks et son équipe ont hâte d’activer le système, notamment de nouvelles initiatives d’un nouveau magazine de luxe, les clips vidéo en ligne, un gadget permettant aux personnes de mettre leurs œuvres d’art favorites sur le bureau de leur ordinateur, etc. « Le personnel est extrêmement enthousiaste. Les autres grands musées d’Europe avec lesquels nous sommes en contact sont également très intéressés par notre projet. Il nous a fallu longtemps pour définir le meilleur moyen d’exploiter la technologie numérique mais nous pensons que notre projet constituera un exemple à suivre pour les autres. »

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top