ACTUALITÉS EN BREF

TIC, innovation et enseignement du FLE à l’université marocaine

Pour la quatorzième édition du Colloque scientifique Ludovia#15, 40 communications vous seront présentées sur le thème « Innovations & Institutions autour du numérique éducatif ». Ludomag se propose de vous donner un avant-goût du colloque jusqu’au début de l’événement, lundi 20 août.

 

El Masrar Khouloud présentera « TIC, innovation et enseignement du FLE à l’université marocaine » le mardi 21 août.

Résumé :

L’innovation technologique d’un côté, l’enseignement de l’autre, ce grand partage a fasciné beaucoup de chercheurs. Nous citons, entre autres, les travaux de; Tzimoyannis et Komis, 2004 ; Bibeau, 2005 ; Baron et al., 2008 ; Guichon, 2009 ; Cosaceanu , 2009 ; Karsenti et Collin, 2010 ; etc. En fait, De nombreuses recherches se sont penchées sur l’importance accordée aux TIC comme objet et moyen d’apprentissage et mettent en avant le rôle de l’enseignant comme prometteur de l’innovation et de l’intégration pédagogique de ces nouvelles technologies. Pour bien des auteurs alors, les représentations et les attitudes des enseignants vis-à-vis de l’intégration des TIC dans l’enseignement influencent le rendement de l’utilisation de l’innovation (Karsenti, Savoie-Zajc et Larose, 2001 ; Isabelle, Lapointe et Chiasson, 2002; Coulibaly, 2010 ; etc.).

Au Maroc, pour adapter le système éducatif aux systèmes internationaux et améliorer le rendement de ce système, une nouvelle réforme a été adoptée. Il s’agit de la Charte Nationale de l’Education et de la Formation. Cette charte préconise l’égalité des chances d’accès à l’information et aux réseaux de communication (levier 10). Cette réforme a été suivie d’un plan d’urgence (2009-2012) qui a fixé comme objectif d’accélérer et de parachever la mise en œuvre des préconisations de la Charte.

En effet, les universités ont été obligées de s’équiper d’un Environnement Numérique de Travail (ENT). D’autres programmes qui visaient l’intégration des TIC dans l’enseignement ont également vu le jour. Il s’agit du réseau MARWAN (Maroc Wide Area Network), le Génie Sup, le Campus Virtuel Marocain(CVM), le Maroc numérique 2013 et l’opération Injaz. Ces initiatives s’intéressent, entre autres, à la formation des personnels de l’enseignement à l’usage des TIC et à l’innovation au service de l’apprentissage.

Ce constat met en question les représentations de l’enseignant, ses attitudes vis-à-vis de l’utilisation des TIC et les facteurs déterminants cet usage (formation, équipements, nombre d’apprenants…). A cet égard, une démarche basée sur l’étude des représentations que les enseignants se font de l’usage pédagogique des TIC se montre utile pour comprendre les raisons d’échec universitaire d’une part et proposer un enseignement de qualité visant à promouvoir cette utilisation dans l’apprentissage de la langue française d’autre part en répondant « au besoin de mettre l’apprenant au contact direct de la langue et de concilier l’apprentissage de la langue à celui de la civilisation afin de concourir à l’acquisition d’une compétence communicative » (Cuq, 2003 : 29).

Pour ce faire, nous avons mené une enquête par questionnaire auprès de 120 enseignants universitaires marocains du département de langue et de littératures françaises. Ainsi, nous essayerons de porter un certain éclairage sur quelques questions : les enseignants sont ils en situation d’usage ou non usage des TIC ? Pourquoi ? Quel rapport à la formation ? Quel sentiment éprouvé devant cette utilisation (en comparaison avec les outils classiques (livre, tableau…)) ? Qu’en est-il des activités où les TIC sont exploités dans l’enseignement et l’apprentissage du français en cas d’usage ?

Positionnement scientifique :

Dans cette recherche, nous nous penchons sur les usages des professeurs universitaires du FLE des Technologies de l’Information et de Communication. De ce fait, nous avons mené une enquête par questionnaire auprès de 120 enseignants universitaires marocains du département de langue et de littérature françaises afin d’analyser leurs représentations, leurs attitudes et leurs pratiques enseignantes vis-à-vis de l’innovation et de l’intégration des TIC dans leurs activités.

Bibliographie :

– Boudokhane, F. (2006). Comprendre le non-usage technique : réflexions Théoriques, http://w3.u grenoble3.fr/les_enjeux/2006/Boudokhane/index.php (consulté le 15/10/2017).
– Harvey, P-L. (2001). La nouvelle éducation : NTIC, Transdisciplinarité et communautique, Laval, Presses de l’Université de Laval, 260 p.
– Heer, S. et Akkari, A. (2006). Intégration des TIC par les enseignants : Premiers résultats d’une enquête suisse. Revue Internationale des Technologies en Pédagogie Universitaire, 3(3), 38-48.
– Jouët, J. (2000). Retour critique sur la sociologie des usages, Réseaux, 18 (100), 487-521.
– Kaddouri, E. Bouamri A. (2011). Usage de plateformes d’enseignement à distance dans l’enseignement supérieur : avantages pédagogiques et difficultés d’appropriation, Questions Vives, 7(14), 369-380.
– Karsenti, T., Savoie-Zajc, L. et Larose, F. (2001). Les futurs enseignants confrontés aux TIC : changements dans l’attitude, la motivation et les pratiques pédagogiques. Éducation et Francophonie, 29, 86-124.
– Karsenti, T. et Collin, S. (2010). Quelle place pour les TIC en formation initiale d’enseignants de français ? Le cas de l’Afrique. Revue Internationale des Technologies en Pédagogie Universitaire, 7(3), 32-47.

Plus d’info sur :
Retrouvez tous les articles sur Ludovia#15 et toutes les présentations d’ateliers sur notre page www.ludovia.com/tag/ludovia-2018

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top