international

La réalité virtuelle comme levier pour travailler l’acquisition des 4C

Stéphanie Wössner, enseignante de langues en Allemagne, est venue présenter lors du dernier Ludovia#15, le projet de réalité virtuelle, APLIM, qu’elle mène en collaboration avec la Délégation Académique au Numérique de Toulouse.

Depuis 2008, Stéphanie Woessner est titulaire de l’équivalent d’une agrégation en anglais et français langues étrangères et d’un Bachelor of Arts (l’équivalent d’une licence) en japonais et en études américaines. Elle enseigne l’anglais et le français au lycée (allemand), en général de la cinquième à la terminale.

Elle fait souvent travailler ses élèves sur des projets numériques, par exemple des projets d’échange virtuel en 4e ou 3e, des projets de correspondance avec des classes francophones, mais aussi de petits projets qui font appel à la créativité des élèves tout en visant des compétences linguistiques et culturelles.

Elle s’intéresse également aux possibilités de mondes virtuels que les élèves peuvent créer eux-mêmes et en collaborations avec leurs camarades et où ils peuvent interagir avec des élèves d’un autre pays. C’est dans ce contexte qu’elle collabore avec la DANE de Toulouse sur une expérimentation en cours d’anglais : APLIM (Apprentissage de langues par Immersion).

« C’est un échange entre élèves français et allemands, où on utilise la réalité virtuelle pour apprendre l’anglais de façon active pour motiver les élèves et surtout, pour les engager à parler », explique t’elle dans l’interview ci-contre réalisée par François Jourde.

Elle explique aussi, plus concrètement, quels types d’applications elle utilise pour mettre en place la réalité virtuelle dans la classe.

Ce projet est également suivi par une équipe de chercheurs de l’Université de Toulouse Jean-Jaurès.

Découvrir le projet APLIM dans la vidéo ci-dessous :

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top