Retours d'usagesUniversité d'été

Littératie et réseaux de classes : des échanges motivants au service des compétences en maitrise de la langue des élèves

À l’occasion de l’université d’été de Ludovia, 18ème édition, de nombreux enseignants et autres membres de la communauté éducative vont venir présenter leur expérience avec le numérique sur le thème de l’année, « Le numérique éducatif est-il social ? ». Ludomag se propose de vous donner un avant-goût de ces ateliers jusqu’au début de l’évènement, lundi 23 août.

Julien Crémoux, Sandrine Descombes et Laetitia Vautrin présenteront « Littératie et réseaux de classes : des échanges motivants au service des compétences en maitrise de la langue des élèves » sur la session IV « CULTURE NUMERIQUE », mercredi 25 août après-midi.

Problématique pédagogique : 

La maitrise de l’écrit constitue un objectif majeur de l’enseignement, parce qu’elle est nécessaire à la réussite scolaire et indispensable à la construction d’un parcours social et professionnel.Comment aider nos élèves de primaire à réfléchir sur la langue et à transférer leurs connaissances orthographiques et grammaticales dans de vraies productions d’écrits ?

Notre action consiste à détourner les réseaux sociaux Twitter et Edutwit au profit des apprentissages des élèves grâce aux twittclasses, qui apportent une réelle motivation pour communiquer et ancrer les écrits des élèves dans la réalité tout en développant  l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite.

Ainsi, ces dispositifs permettent :

  • aux enseignants, d’articuler lire et écrire systématiquement avec une prise en compte de l’émetteur ou du destinataire en intégrant ces activités à leurs programmations annuelles
  • aux enseignants, d’expliciter des attendus, des étapes, des freins pour que  tous les élèves comprennent les enjeux des situations d’écriture proposées, facilitant ensuite le passage à la production
  • aux élèves, de lire pour écrire : découvrir et comprendre ce qui est proposé par d’autres, échanger, se questionner, s’inspirer pour produire à son tour dans une situation de communication réelle
  • aux élèves, d’écrire pour lire : proposer un écrit qui sera lu par le plus grand nombre et donc pour lequel il y aura un retour (rôle important du feedback, et pas que de l’enseignant), et donc l’envie de faire au mieux en travaillant avec les autres
  • à l’ensemble de la communauté éducative, de développer la socialisation en rapport avec des activités de productions que ce soit en classe ou avec une autre classe, par des partages, des collaborations ou des échanges facilités par les réseaux sociaux

Suite à la reconnaissance institutionnelle du projet avec l’obtention d’un prix lors de la Journée d’innovation en 2019, les enseignants du collectif ont souhaité appuyer les ressentis des bénéfices pour les apprentissages par un lien avec la recherche. Ainsi, Pablo Buznic-Bourjeacq, chercheur en sciences de l’éducation, membre de l’équipe CIRNEF , accompagne enseignants et élèves depuis plus d’un an pour comprendre comment ces dispositifs en littératie peuvent favoriser l’implication des élèves dans les apprentissages et quels sont les effets des échanges entre classes via Twitter  sur la motivation des élèves.

Apport du numérique :

Le temps d’une période scolaire, des projets en Littératie  proposent à des classes via twitter de se lancer dans des écrits variés, porteurs de sens facilitant la mise en action des élèves pour ancrer des compétences clés des programmes scolaires. Tous ses projets placent les élèves dans des situations d’écriture motivantes, où il devient pertinent de bien écrire parce qu’on est lu pour de vrai par un destinataire et non seulement pour être évalué.

Twoulipo propose de produire des écrits courts soumis à des contraintes syntaxiques fortes, piochées dans l’OUvroir de LIttérature Potentiel. Durant 5 semaines, les classes participantes produisent un nouvel écrit chaque semaine et publient sur twitter.

TwittenRimes est un projet d’écriture collaborative autour de la poésie. Il permet aux classes francophones de la maternelle au lycée d’écrire à plusieurs mains des poésies sur un thème commun avec une ou plusieurs contraintes linguistiques et une plus-value artistique et numérique.

Défi Inférence organise un défi pour lire et écrire des inférences. La classe “gangster” est en charge de l’écriture des textes contenant chacun une inférence. Elle doit dissimuler dans ses textes des indices permettant de trouver la réponse à la question. La classe “détective” est chargée de mener son enquête et de trouver les indices dans chaque texte.

Ces projets d’écriture en littératie numérique concernent plus de 500 classes francophones.

Relation avec le thème de l’édition : 

L’usage d’outils numériques et le détournement de twitter à des fins pédagogiques favorisent des échanges simples, rapides et directs qui permettent d’installer des relations fortes entre les classes associées. Après de nombreux retours positifs d’enseignants ayant proposé ces dispositifs à leurs élèves, il est paru nécessaire de mesurer l’impact réel sur les élèves, tant dans leurs rapports à l’écrit que dans la maitrise des compétences en littératie.

De plus, la société actuelle s’appuie de plus en plus sur les outils numériques, considérant à tort que les plus jeunes seraient les mieux adaptés. L’usage pédagogique de twitter par des enseignants est une occasion unique pour eux de découvrir et comprendre le fonctionnement, mais aussi les problèmes posés par les usages des réseaux sociaux. Ainsi, leur utilisation réfléchie et encadrée en classe permet aux élèves d’appréhender leur identité numérique, notamment par leurs droits et devoirs.

L’utilisation du microblogage favorise les compétences qui répondent à la nécessité croissante pour les jeunes d’être inventifs, responsables et conscients des réalités : les compétences travaillées sont :

  • l’éducation aux médias et à l’information
  • L’éducation morale et civique
  • les valeurs du travail collaboratif
  • l’enrichissement culturel et l’ouverture au monde

Elle permet également à des élèves de classes spécialisées en difficultés scolaires ou relationnelles de s’engager dans des échanges à distance correspondant à leurs compétences sans aucun préjugé.

Synthèse et apport du retour d’usage en classe :

Cette mise à distance de la production collective et individuelle avec le regard d’un autre groupe d’élèves contribue à donner du sens à des activités d’écriture et donne aux élèves le gout du travail en collaboration. Le partage et la créativité sont mis en avant et les élèves s’en donnent à cœur joie.

Ce projet a permis aux enseignants et à leurs établissements d’intégrer les outils numériques dans les pratiques quotidiennes de classe, de développer l’habitude de travailler dans des projets avec des collègues d’autres établissements sur les réseaux sociaux.

Il permet aussi de réfléchir sur des outils communs comme la pratique d’une évaluation formative au service des apprentissages des élèves.

Si on y ajoute le renforcement de la confiance en soi et l’ouverture sur le monde, grâce aux réseaux sociaux qui motivent les écrits des élèves, nous avons là tous les ingrédients de l’instauration d’un autre rapport au savoir.

Nos réflexions engagées par l’équipe ont permis de créer des outils communs :

  • Des grilles d’observation communes ont été réalisées selon les différents niveaux de classe.
  • Des entretiens auprès des élèves, individuellement et en petits groupes, ont été planifiés aussi avec Pablo Buznic-Bourjeacq, le chercheur.

Plus d’infos sur : Julien Crémoux, Sandrine Descombes & Laetitia Vautrin
Retrouvez tous les articles sur Ludovia#18 et toutes les présentations d’ateliers sur notre page dédiée.