POINT DE VUE

La forme scolaire à l’heure du numérique

Représentant la rectrice de l’académie d’Amiens, la nouvelle Déléguée Académique au Numérique Educatif, s’est réjouie de participer à un tel événement exemplaire du partenariat avec la collectivité territoriale.

Dans son intervention dans la table ronde, Emmanuelle Jacquier s’est appesantie sur les nouvelles pratiques pédagogiques que le numérique induit dans la classe.
« Je suis convaincue, affirme-t-elle que les élèves d’aujourd’hui n’apprennent plus uniquement assis derrière une table . On sait que les enfants ont besoin de bouger, de se déplacer pour pouvoir se concentrer et apprendre ! »

Les classes « autobus  » où tous les élèves sont alignés avec une pédagogie frontale descendante ne sont plus adaptées aux élèves du XXIe siècle. Emmanuelle Jacquier évoque alors « les classes inversées » qui permettent « aux enseignants d’accompagner chaque élève sur des temps où celui-ci apporte une réelle plus-value« .

De nombreux enseignants souhaitent alors réaménager leur salle de classe ; le numérique permet ainsi de travailler autrement pour faire réussir la majorité des élèves.

« Quand les enseignants vont bien, les élèves réussissent ; quand les élèves réussissent, les enseignants vont bien. »

Pour Emmanuelle Jacquier c’est une spirale vertueuse : on a besoin d’avoir des enseignants qui vont bien.

Marianne Delachaume participe également à la table ronde.
Responsable de projets innovation à la Caisse des Dépôts elle y présente le projet lab éducation lancé en 2016 avec un appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) dédié à la co-construction d’espaces innovants dans les écoles, collèges et lycées.

Le Comité des partenaires constitué par La Caisse des Dépôts, le Ministère de l’Education Nationale et les associations d’élus locaux a sélectionné les 5 terrains de tests lauréats. La pertinence et le sérieux des candidatures des établissements scolaires témoignent d’une réelle envie de co-construire les espaces de l’école de demain.

Parmi ces projets, Marianne Delachaume évoque plus particulièrement le cas du collège Compère Morel de Breteuil dans l’académie d’Amiens qu’elle « a accompagné pour expérimenter avec une équipe d’acteurs très différents et dans un temps assez court : la transformation d’un CDI ».
Comment, « pendant six mois, de manière progressive et itérative, parfois en trébuchant », le collectif a proposé une organisation spatiale et des mobiliers répondant aux objectifs qu’il s’assignait et avec des principes de frugalité , de réversibilité et de co-construction.

Retrouvez dans un prochain article, le point de vue de Christophe Caron, chef de projet archiclasse, qui a participé également à la table ronde.

Revoir le premier article et vidéo réalisés par Claude Tran sur cette journée à Mouy, dans l’Oise.

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top