ACTUALITÉS EN BREF

Le numérique pour adapter son enseignement à chaque élève en tenant compte de ses facilités, ses difficultés et son handicap.

A l’occasion de l’université d’été de Ludovia, 17ème édition, de nombreux enseignants et autres membres de la communauté éducative vont venir présenter leur expérience avec le numérique sur le thème de l’année, « Injonctions numériques : entre techno-enthousiasme et pratiques collectives ». Ludomag se propose de vous donner un avant-goût de ces ateliers jusqu’au début de l’évènement, lundi 24 août.

Anna Maria Casella présentera “Le numérique pour adapter son enseignement à chaque élève en tenant compte de ses facilités, ses difficultés et son handicap” sur la session III ENSEIGNER ET SE FORMER AU XXIÈME SIÈCLE.

Problématique pédagogique :

Le numérique permet d’enseigner et de se former au XXIème siècle et consent à l’enseignant de faire face à différents enjeux.

La société évolue rapidement, comment l’enseignant peut-il la suivre pour adapter ses pratiques à son temps ?

  • Tout d’abord, il dispose de nombreuses possibilités pour se former et « être à jour » grâce à toutes les formations proposées, aux ressources disponibles sur internet, aux formations en ligne, aux groupes de réflexion, aux plateformes telles que eTwinning par exemple. Ainsi il est facile d’apprendre ce qu’est une cogni-classe (techniques de concentration et de mémorisation) , de connaître la neuro-éducation pour en adopter les principes en classe…

Comment tenir compte du principe que tous les individus ne peuvent pas apprendre la même chose en même temps et de la même façon afin de sortir du cadre standardisé dont nous avons hérité ?

  • Enseigner au XXIéme siécle c’est justement disposer d’une vue d’ensemble des différentes stratégies pédagogiques possibles et de pouvoir les trier en fonction des besoins des élèves.
  • Le numérique permet de différencier son enseignement et consent de le rendre plus accessible aux enfants en situation de

Comment permettre à chacun d’exprimer et de partager ses talents mais aussi de développer ses habilités sociales, culturelles et citoyennes ?

  • Certainement en permettant aux élèves d’être actifs, de collaborer, de créer, de prendre des initiatives et d’interagir avec le groupe-classe tout en développant leur autonomie et leur sens critique face à l’apprentissage.

Comment être en adéquation avec son époque à l’ère du numérique sans pour autant perdre de vue des stratégies plus traditionnelles ?

  • En associant la saisie sur un clavier à l’écriture manuelle (important pour fixer les acquis) tout en permettant à l’élève d’exploiter les outils de son temps comme de pouvoir utiliser son Smartphone pour accéder à des espaces numériques en

Enseigner en lien avec son environnement et son siècle c’est le défi du XXIème siècle mais comme nous pouvons le voir le numérique est un outil précieux pour le relever.

 

Apport du numérique :

Le numérique est un atout considérable pour se former et envisager une pédagogie de projet, collaborative, inversée et surtout différenciée.

Il aide l’enseignant à organiser une progression pédagogique correspondant aux spécificités de chaque élève. Ainsi, avec Maskott il sera possible non seulement de tenir compte des facilités et des difficultés rencontrés par chacun et d’en étudier les résultats pour lui permettre d’en prendre conscience pour progresser, mais également de concevoir des modules adaptés à certains handicaps.

Il favorise également la création, la collaboration grâce à l’utilisation d’outils collaboratifs comme « Madmagz » ou « Prezi »…mais aussi toutes les applications Outlook et Google docs par exemple. On coopère à distance avec un objectif commun en s’organisant pour se partager la réalisation du support final. Cela suppose que les élèves forment des groupes, planifient leur travail et se répartissent les tâches ce qui les induit inévitablement à s’impliquer pour eux et pour le groupe.

Exploiter un mur collaboratif (Padlet) où les élèves écrivent et le professeur corrige en même temps donne la possibilité à l’élève de mieux comprendre la correction. Partager un mur collaboratif en simultané avec des partenaires étrangers pour partager des points de vue permet aux élèves d’engager une approche actionnelle et de s’ouvrir à une autre culture. Insérer tous les documents et conseils concernant un cours ou une épreuve permet à l’élève de l’exploiter également en autonomie. Pour les élèves ne pouvant pas travailler en présentiel (maladie…) le numérique apporte une équité face à l’apprentissage.

Organiser une écriture collaborative toujours en vidéo projection oblige à se concentrer tous sur le même support et à construire l’activité ensemble. Construire un cours à partir d’un « brainstorming sur « Answergarden » permet d’un coup d’œil de comprendre les avis les plus partagés dans une classe.

Après avoir travaillé sur un document, proposer aux élèves de composer des équipes pour un défi qui consistera à répondre à des questions de compréhension par le biais d’un jeu « Kahoot » est certainement plus motivant qu’une simple photocopie mais tout aussi efficace. Dans l’apprentissage des langues (mais pas seulement), grâce à « eTwinning » par exemple, les élèves s’ouvrent aux autres en réalisant, en distanciel avec des pairs étrangers, un projet commun sur des thématiques actuelles ce qui donne du sens à cet enseignement. Parler, écouter, écrire, échanger, partager sur cette plateforme numérique ouvre les murs de la classe sur le monde extérieur, sur une autre réalité et développe ainsi une ouverture d’esprit du futur citoyen.

Illustrer un cours par une visio-conférence entre les élèves et un écrivain ou un journaliste ou tout autre professionnel permet de « traverser» les murs de la classe et de rentrer en contact direct avec la réalité qui attend nos jeunes tout en les y intégrant progressivement. Avec des outils comme «ma classe à la maison» qui comprend le partage d’un tableau blanc l’enseignement à distance est plus interactif.

 

Relation avec le thème de l’édition : 

Le numérique pour adapter son enseignement à chaque élève en tenant compte de ses facilités, ses difficultés et son handicap.

En classe normale, avec plus de 35 élèves il est très difficile d’organiser une pédagogie différenciée. Au XXIème siècle, les ressources digitales nous le permettent. Leur atout principal est de consentir à l’enseignant qui veut compléter sa formation ou à l’élève qui veut progresser d’avancer à son rythme et de pouvoir s’autoévaluer dans le cadre de sa progression.

Les différents outils proposés et les exemples d’utilisation dans le cadre de l’apprentissage répondent à la nécessité pour le mobnde éducatif d’évoluer avec son temps tout en exploitant les points forts du passé.

 

Synthèse et apport du retour d’usage en classe : 

Maskott Italien, pour une pédagogie différenciée en présentiel et en distanciel.

Un principe fondamental : le résultat des élèves n’est pas conçu en tant que note mais en tant que « jauge » pour comprendre ses difficultés et ses facilités. Ainsi il sera constructif de revoir les exercices non réussis (en rouge), de comprendre le temps qu’il a fallu à chacun (avant dernière colonne) et surtout combien d’essais auront été nécessaires pour réussir.

 

En effet, chaque élève pourra atteindre le même objectif mais avec un parcours adapté puisqu’après un premier essai, s’il ne réussit pas, il pourra bénéficier d’un deuxième essai facilité pour  continuer. Pendant leur progression, en classe, le professeur pourra aider les élèves qui n’ont pas réussi une activité ou demander à ceux qui l’ont réussie d’aider leurs camarades.

Les commentaires sont bienveillants, l’apprenant est accompagné et aidé, il se sent en confiance (ce qui est indispensable pour l’estime de soi).

Pour stimuler la motivation et la collaboration, il pourra être envisagé de former des équipes dont la progression sera suivie en temps réel en vidéo projection en classe.

 

Enseigner en lien avec notre environnement c’est également exploiter des supports authentiques reprenant les programmes officiels.

 

Maskott Italien pour l’accessibilité :

L’autre avantage de Maskott c’est que son principe même de modules (modulables) permet de rendre les supports accessibles. Ainsi : en un click la police devient « Police open dyslexic » et pour les malvoyants il est possible de sélectionner le thème « Haut contraste » et oraliser tout le contenu grâce à la possibilité d’intégrer du son.

 

Le numérique permet de régler l’image et les textes en agrandissant le contenu par exemple.

Il est plus facile à l’École du XXIème siècle de se rendre plus accessible grâce aux technologies digitales car elles sont flexibles et adaptables. Elles sont à la fois un instrument pour apprendre et se former en parfaite autonomie et un outil de partage, de collaboration et de coopération.

 

Plus d’infos sur : Anna Maria Casella
Retrouvez tous les articles sur Ludovia#17 et toutes les présentations d’ateliers sur notre page www.ludomag.com/tag/ludovia-2020

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top