RETOURS D'USAGES

Journées d’été Python : accompagner les enseignants dans la prise en main d’un nouveau langage de programmation

Texas Instruments accompagne régulièrement les enseignants dans la prise en main des programmes de lycée général et professionnel, notamment au travers de formations dispensées par les enseignants du réseau T3.

Alors que la rentrée 2019 est particulièrement riche en nouveautés pour les programmes de mathématiques et de sciences, -notamment avec l’arrivée d’un nouveau langage officiel de programmation, Python, – les équipes de Texas Instruments ont conçu une programmation spéciale en amont de la rentrée et sur 2 jours dans 8 villes de France : les Journées d’Eté Python.

Objectifs et découverte de ces journées d’été au lycée Victor Hugo de Marseille, les 26 et 27 août.

Que penser de l’arrivée du langage Python dans les programmes ?

« L’arrivée de Python dans les nouveaux programmes est quelque chose de très positif », explique Jean-Baptiste Civet, professeur de mathématiques au collège et formateur T3 France.

« Python est un langage à la fois puissant et très souple ».

Il ajoute : « le passage du langage naturel à un langage textuel de programmation se fera relativement facilement avec Python. Les élèves qui arrivent au lycée ont déjà quelques notions d’algorithmique et de programmation car ils ont déjà étudié Scratch au collège ».

Programmer en Python sur la calculatrice ?

Comme le souligne Fanny Saison, « Python est un langage plus efficace sur la calculatrice, car cela permet aux élèves d’aller plus vite ».

Aux côtés des enseignants, on comprend également que la calculatrice est l’outil idéal, possédé par tous les élèves, pour « faire du Python ». En particulier pour les enseignants qui n’ont pas accès à des salles informatiques, la calculatrice autorise une pédagogie en classe entière, intégrée par petites touches, au cours des séances de mathématiques.

Les ressources offertes par Texas Instruments pour travailler en Python sur la TI-83 Premium CE ont permis aux participants de repartir plus confiants pour aborder l’année scolaire. Vidéos, activités à télécharger, livret d’activités, les enseignants n’ont eu que l’embarras du choix :

Un bilan très positif

Organisées juste avant la pré rentrée, ces formations ont été pensées pour accompagner les enseignants de mathématiques et physique-chimie, quel que soit leur niveau de connaissance du langage Python. Comme le souligne Jean-Baptiste Civet, les 2 journées entières de formation ont laissé le temps aux stagiaires d’aborder plusieurs notions de Python mais aussi de  travailler en ateliers, par type d’exercice ou en réunissant les enseignants d’une seule discipline.

Avec 3 formateurs et une quinzaine de stagiaires à Marseille, les participants ont pu véritablement approfondir leurs connaissances, poser des questions, … Bref, préparer leur rentrée de manière concrète et en équipe, « avec une forme d’émulation dans le groupe » comme cela a été souligné par un des participants.

« Suivre une formation en ligne, c’est bien mais il y a l’obstacle de la rencontre c’est à dire qu’on ne rencontre pas les collègues ; ici, on a quand même un partage d’expérience et, en présence des formateurs, on peut leur poser les questions en direct », explique Fanny Saison, professeur de mathématiques au lycée Sainte-Marie d’Aubagne.

« La formation en présentiel sur 2 jours, c’est vraiment important pour toutes ces notions d’échange ».

Pour Léa Andréucci, enseignante en lycée professionnel de maths et physique-chimie, ce type de formation est indispensable, en complément des formations académiques proposées dans le cadre du nouveau référentiel.
En effet, comme elle le précise lors de l’interview, le cursus qu’elle a suivi n’abordait pas les notions d’algorithme et « c’est quand même une grosse nouveauté pour nous ».

Elle avoue d’ailleurs, hors caméra, que c’est assez anxiogène pour la plupart de ses collègues, car les nouveaux programmes imposent d’utiliser Python dès la rentrée de septembre.

Attentes et ressenti des stagiaires

Venir passer deux jours pour se former à Python, sur son temps de vacances, n’est pas vu comme une contrainte par les participants que nous avons rencontrés à Marseille.

Pour Danielle Janey, professeur de mathématiques au lycée général de Provence à Marseille, cela permet d’attaquer l’année mieux préparée.

« Une formation comme celle-ci, proposée juste avant la rentrée, me permet de mieux démarrer l’année ».

C’est la première fois, avec plusieurs années d’enseignement , qu’elle prend 2 jours sur ses congés pour se former ; et elle ne le regrette pas !

Avec près de 40 élèves par classe, elle a conscience de ne pas avoir droit à l’erreur et, qui plus est, de la nécessité de conserver une avance sur ses élèves, qui apprennent vite !

L’hétérogénéité des participants rencontrés au lycée Victor Hugo pendant la formation illustre la diversité des motivations et des niveaux initiaux : chaque enseignant et en fonction de son bagage vient chercher ce dont il a besoin, qu’il s’agisse d’informations, de formation, ou tout simplement de nourrir un intérêt personnel pour la programmation.

Après ces 2 jours très denses, les participants sont unanimes : ils se sentent désormais mieux armés pour la rentrée, mieux préparés pour aborder et surtout enseigner ces nouveaux apprentissages à leurs élèves. Ils ont déjà pris une longueur d’avance, et comptent bien la conserver !

 

Reportage réalisé dans le cadre d’un partenariat média.

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top