technologies éducativesToute l'info

Logiciels de l’éducation musicale pour écrans interactifs

En première réflexion, la musique ne semble pas une discipline adaptée aux écrans interactifs. C’est cependant une grossière erreur, dans la mesure où la représentation analogique des sons peut être d’une grande aide pour comprendre la structure musicale, composer ou appréhender des compositions musicales.

 

Avec les écrans interactifs, il est possible de toucher la musique du doigt pour en comprendre tous les secrets.

Il est très utile de pouvoir associer de façon visuelle un son et sa représentation, qu’elle soit issue de ses caractéristiques ou bien d’une interprétation de l’auditeur actif. L’écran interactif permet à la fois de positionner un son dans l’espace et de l’écouter immédiatement et a contrario, de décortiquer la musique pour en retrouver les composantes rythmiques et mélodiques.

Les logiciels que nous vous proposons permettent d’explorer sur l’écran interactif ces possibilités.

Le premier permet de « peindre » et annoter la musique. Il s’agit de l’Acousmographe de l’INA. Ce logiciel est idéal pour apprendre à écouter la musique à l’aide d’un écran interactif.

Le second est plus traditionnel. Il s’agit de Finale Notepad 2012. Ce logiciel est destiné à écrire de la musique sur des partitions. Nous verrons comment l’utilisation d’un écran interactif rend ce logiciel précieux pour un usage en classe.

 

L’Acousmographe pour la représentation graphique de la musique

Le logiciel Acousmographe met les possibilités visuelles de l’écran interactif au service de l’écoute de la musique. Son principe est simple. Il permet d’ouvrir un fichier sonore et d’afficher sa forme d’onde (appelé signal dans le logiciel) et son spectrogramme. Cette possibilité est partagée par la quasi-totalité des logiciels de manipulation de fichiers sons. Ce qui fait la différence est la possibilité d’ajouter des annotations synchronisées avec la musique.

Une bibliothèque adaptable avec ses propres symboles permet de placer des repères sur le signal musical. Ici, les violents coups d’archets de la célèbre scène du meurtre sous la douche du film Psychose d’Hitchock. Musique d’Herrmann. On a placé sur les coups d’archet les symboles d’attaque permettant de « dessiner » la structure de la musique.

Ainsi, l’écoute avec un écran interactif devient totalement active. Les élèves apprennent à repérer les constituants de la musique. Par exemple, les temps forts, les attaques, les différents instruments, le niveau sonore, la tonalité. Cela permet de mettre en évidence la structure d’un morceau. Par exemple, on peut marquer les temps forts en rouge, les faibles en vert. On peut ensuite enlever l’image du signal et/ou du spectrogramme pour ne conserver que cet élément rythmique.

Ici, on a superposé au spectrogramme, 7 voies correspondant aux 7 boucles utilisées par le compositeur Herbie Hanckok dans « Watermelonman ». L’écran interactif permet de voir comment les différentes boucles s’associent et se superposent au fur et à mesure du déroulement de l’œuvre.

Ce qui est intéressant à réaliser en classe sur l’écran interactif, c’est le codage de la musique. Chaque élément repéré par un élève peut être indiqué. Lorsque le travail sur la bande-son est terminé, le résultat peut être exporté comme un film, ce qui permet aux élèves de retrouver dans l’ENT le travail réalisé en classe.

Pour les enseignants qui pratiquent la classe inversée, le logiciel peut leur servir à réaliser les capsules vidéo d’étude de musiques. Les élèves prennent connaissance du film avant la classe et en classe, avec l’écran interactif, les remarques de chacun sont mises en commun.

 

Finale Notepad pour l’édition de partitions musicales

L’écriture de la musique sur des portées n’est pas à la portée de tous. Cependant avec un écran interactif et le logiciel Finale Notepad, rien n’est plus simple.

Du bout du doigt, on peut placer une note sur la portée et écouter instantanément le son produit. On peut corriger la hauteur de la note, pour obtenir le son désiré.

Le logiciel permet aussi de jouer une musique déjà codée sous forme de partition. Ainsi, les enseignants du primaire qui ne maîtrisent pas la notation musicale peuvent prendre connaissance d’un air qu’ils souhaitent faire interpréter par leurs élèves.

Le logiciel Finale Notepad permet de réaliser gratuitement des partitions complexes. Mais c’est dans la composition interactive sur écran interactif qu’il apportera le plus à une classe.

On trouve divers sites proposant de la musique codée, par exemple au format Midi ou MusicXML. Si l’on ne dispose de la musique qu’imprimée, il pourra être pratique de passer par un logiciel d’OMR qui effectuera la reconnaissance des notes et permettra l’enregistrement dans un format lisible par Finale Notepad sans avoir à reproduire manuellement la composition.

Avec de jeunes enfants, on n’utilisera pas le système des portées de façon explicite, mais on pourra parler de la hauteur de la note. Plus elle est placée haut sur les lignes et plus elle est aigüe. Cela peut suffire à comprendre comment vocaliser une chanson lorsqu’il y a une difficulté à ressentir la hauteur du son à produire.

Le logiciel permet aussi de coder des rythmes. Cela permet de décomposer l’étude de la musique et découplant le rythme de la mélodie.

Les compositions collectives réalisées avec l’écran interactif pourront être distribuées sous forme imprimée ou au format midi et être ainsi écoutées individuellement par les élèves.

Bien que gratuit, le logiciel Finale Notepad permet de réaliser des partitions complètes. Le plus intéressant est que lorsque l’on place les notes sur la portée, elles sont émises avec le son de l’instrument correspondant.

La possibilité de sélectionner des dizaines d’instruments différents permet aussi de mieux faire connaître la sonorité des différents instruments. En changeant l’instrument, on change la sonorité jouée par le logiciel, ce qui permet de constater en temps réel les meilleures orchestrations.

Les différents essais et compositions pourront être enregistrés pour servir à d’autres activités de la classe (sonorisation d’un film, enregistrement d’histoires…) qui seront à leur tour réalisées sur l’écran interactif.

 

Plus d’infos :

Retrouvez sur tbi-direct plus d’informations au sujet des usages des écrans interactifs en enseignement

Retrouvez les articles tbi-direct :

 

Article diffusé dans le cadre d’un partenariat

 

Votre opinion sur cet article ?

Génial !
0
Chouette
0
J'aime
0
Dubitatif
0
Bof
0

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d’articles:technologies éducatives