POINT DE VUE

Génération Z, qui sont-ils et que faisions-nous quand internet n’existait pas ?

Un moment de réflexion avant le grand bal Éducatec-éducatice, par Ninon Louise Lepage…

La génération Z

 

La génération Z, aussi parfois nommée la génération C pour Communication, Collaboration, Connexion et Créativité, ce sont ceux nés à partir de l’an 2000, environ : ce sont les élèves de nos écoles, primaire, collège, lycée et même aussi parfois nos universités. Pour eux, internet est une extension de leurs vies, c’est leur lieu de socialisation, leur centre de divertissement, leur source d’information et là où ils font leurs achats.

L’étude Reality bytes: digital experience is the humain experience ( ©2018 WP Engine and The Center for Generational Kinetics, LLC. All rights reserved.) du Center for Generational Kinetics révèle les faits suivants :

55% d’entre eux ne peuvent pas passer plus de 5 heures sans consulter internet et 22% ne peuvent pas se passer d’internet pour plus d’une heure

85% associent internet aux médias sociaux et à une source de divertissement.

Le monde en ligne représente différentes choses pour différentes générations. Pour les générations plus âgées, cela signifie un accès à l’information et au courrier électronique. Le fait d’être «en ligne» est une chose tangible. Tandis que les membres de la génération Z se déplacent de manière transparente dans leur monde numérique, ce qui signifie pour eux média social, divertissement et convivialité.

L’accessibilité constante et universelle ne suffit pas :
Ils veulent de nouvelles façons d’interagir avec le Web, davantage de périphériques à connecter et des améliorations, des technologies prédictives.

35% s’attendent à ce qu’Internet prédise ce dont ils ont besoin et les alerte avant qu’ils en aient besoin et 44% cessent de consulter un site Web si ce dernier ne prévoit pas ce dont ils ont besoin, ce qu’ils souhaitent.

Les membres de la génération Z (44%) sont plus susceptibles que les membres de toute autre génération de fournir leurs données personnelles si cela signifie qu’ils bénéficieront d’une expérience numérique plus personnalisée. Alors que nous adultes nous préoccupons de l’utilisation de nos données personnelles, aux USA (où a eu lieu l’enquête) les jeunes de moins de 20 ans, sont indifférents à cette question.

L’étude a révélé qu’une vaste majorité d’états-uniens pense que le contenu vidéo dominera sur Internet au cours des cinq prochaines années. Ce pourcentage est passé de 71% en 2017 à 76% en 2018. Bien que la vidéo soit un excellent moyen de divertissement, la qualité du contenu demeure important. On croit parfois que cette génération n’a pas une pensée critique, mais peut-être leur pensée critique s’exprime-t-elle différemment de la nôtre.

La génération Z souhaite expérimenter de nouveaux canaux de communication, mais pas en matière d’achat où elle préfère un modèle hybride numérique et physique (visite de magasins réels) au moment de dépenser de leur argent. La génération Z est habile à comparer les prix entre les magasins, en ligne ou hors ligne.

Les habitudes d’achat en ligne de la génération Z sont aussi appliquées à leur prise de position sociale. Ici l’authenticité règne en maître. Si une marque choisit de soutenir une cause, elle doit s’assurer qu’elle ne fait pas que parler mais qu’elle s’implique réellement. 69% des membres de la génération Z sont plus susceptibles d’acheter auprès d’une entreprise qui contribue à des causes sociales, tandis que 33% ont cessé d’acheter auprès d’une entreprise qui contribue à une cause sociale avec laquelle ils ne sont pas d’accord.

L’étude révèle le nombre impressionnant de 64% des membres de la génération Z préfèrent un accès illimité à Internet à un diplôme universitaire.

À une époque où Internet est considéré comme la source ultime de connaissances, les établissements d’enseignement traditionnels devront évoluer comme d’autres industries ont subi leurs propres transformations numériques.

La génération Z est la première génération à considérer que les personnes qui gèrent ou construisent Internet sont plus importantes que les dirigeants politiques du monde entier. Cela a augmenté de 12,5% de 2017 (48%) à 2018 (54%).

La génération Z continuera d’envisager l’avenir à travers l’optique du monde numérique et les traditions ancrées dans le monde analogique seront de plus en plus remises en question par les générations futures.

72% des membres de la génération Z craignent que leurs actions en ligne, y compris les publications sur les réseaux sociaux et les achats antérieurs, aient une incidence sur leurs offres d’emploi – ce que les générations précédentes n’ont pas toujours compris et ont dû apprendre à la dure.
60% des membres de la génération Z pensent que leur réputation en ligne déterminera leurs options de rencontre, et 52% pensent que bientôt en dira autant sur une personne que son pointage de crédit. La génération Z sait que les algorithmes déterminent non seulement les amis qui leur sont proposé mais aussi combien ils peuvent emprunter et s’ils obtiennent ou non cet entretien d’embauche.

Alors que les générations précédentes utilisent Internet comme un utilitaire pouvant être activé ou désactivé, GenZ qui a été élevé sur Internet, le considère comme un élément omniprésent du quotidien, une fusion des mondes hors ligne et en ligne.
La génération Z est la première génération à combiner intrinsèquement le monde numérique et le monde physique. À partir de maintenant, l’expérience numérique est indéniablement synonyme de notre expérience humaine.

L’enquête a été menée en ligne du 27 août 2018 au 30 août 2018, avec une marge d’erreur de +/- 3,1 points de pourcentage.

Comment était la vie avant internet

L’été, allongé sur une serviette de plage, on fumait une cigarette en regardant les mouettes voler et en écoutant les enfants crier en sautant dans l’eau.

L’hiver, emmitouflé dans une couverture, on feuilletait un magazine en écoutant du jazz ou les Beatles dont un disque jouait sur notre table tournante.

Lors de discussions entre amis, il fallait trouver l’ouvrage de référence qui saura nous départager.

Avant internet, je pouvais déménager, raconter n’importe quel bobard sur mon passé et personne n’était réellement en mesure de le vérifier.

Avant internet, il fallait aller à la cuisine lors des pauses publicitaires lors des émissions de télévision.

Avant internet, il fallait imaginer nos propres amusements, se déplacer vers les magasins pour faire nos achats, acheter des livres ou aller à la bibliothèque pour compléter notre savoir, et aller au musée en personne pour voir les oeuvres !

Grâce à internet :


Voyage au pays informatique est accessible en format numérique ePub au site de KOBO

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top