Retours d'usagesUniversité d'étéz-Newsletter

Digital learning : Réduire les inégalités sociales, la violence et l’isolement par la maîtrise de sa langue maternelle

L’inégale maîtrise des savoirs fondamentaux est un obstacle majeur pour la poursuite d’un parcours scolaire réussi, c’est pourquoi la lecture a été déclarée grande cause nationale. Pourquoi ? Parce qu’enrichir son vocabulaire permet de penser plus largement. Alors comment faire quand l’origine sociale ou les difficultés personnelles ne permettent pas d’acquérir ce vocabulaire ?

 

La manière dont les personnes, et donc les élèves, s’expriment est un marqueur social fort qui peut être très handicapant, c’est pourquoi si l’on souhaite réduire les inégalités et permettre à tous d’être libre de ses choix, il faut accompagner les élèves sur le sujet.

Il est beaucoup question dans l’actualité de permettre aux jeunes d’exercer leur citoyenneté. Mais cela est impossible si on ne sait pas transmettre ses idées et de les défendre. Pour cela il faut savoir parler mais aussi structurer et nuancer ses propos. Et avant de pouvoir s’exprimer, transmettre sa pensée il faut savoir construire cette pensée en toute objectivité.

Maîtriser sa propre langue est un atout qui nous accompagne tout au long de la vie. Se faire comprendre, convaincre, se faire accepter, rassurer, se faire aimer, faire rire : tant de choses passent par nos mots. Être à l’aise en expression écrite et orale confère un pouvoir. Ne pas l’être rend vulnérable. C’est un levier du bien vivre ensemble et donc une condition pour pouvoir exercer sa citoyenneté pleinement.

Comment aider les élèves à acquérir le vocabulaire nécessaire pour élargir le champ de leur pensée ? Comment les accompagner sur la structuration de leur propos ? Comment leur donner confiance pour pouvoir prendre la parole librement devant un auditoire que ce soit dans le monde scolaire mais aussi dans la vie personnelle ou professionnelle ? Autant de questions que vous pouvez légitimement vous poser.

Savoir structurer sa pensée, l’exprimer avec clarté est un pilier de la réussite scolaire et de l’insertion sociale puis professionnelle. Le Projet Voltaire vous accompagne, vous et vos élèves, sur le sujet avec un outil d’entraînement numérique qui s’adapte en continu à leur niveau et leur rythme d’apprentissage, qui permet une différentiation extrêmement pointue et qui permet de travailler avec tous, quel que soit sa situation personnelle (difficulté d’apprentissage, difficulté de concentration, handicap) ne laissant personne de côté.

Synthèse et apport du retour d’usage en classe : 

La Fondation Voltaire a noué un partenariat avec l’Agence nationale du travail d’intérêt général. Le but du partenariat : augmenter les chances de réinsertion des personnes condamnées, par la maîtrise de l’expression et de l’orthographe. Car nous sommes convaincus, comme eux, que la maîtrise de la langue maternelle permet de réduire la violence, la souffrance et contribue à une meilleure réinsertion professionnelle.

Au-delà des nombreux projets portés par la Fondation Voltaire en faveur de l’égalité des chances par la maîtrise de sa langue maternelle, de nombreux établissements scolaires ont déjà éprouvés l’apport en classe de l’usage du Projet Voltaire.

Plus de 5 000 établissements ont déployé notre outil et plus de 92 % d’entre eux renouvellent l’expérience chaque année, convaincus de l’importance de la maîtrise de sa langue maternelle et convaincus de l’efficacité de la méthode.

L’accessibilité aux plus grands nombres, la personnalisation de l’apprentissage, l’apport de l’ancrage mémoriel dans l’acquisition de savoirs et de réflexes, permettent aux enseignants d’adresser l’ensemble de leurs élèves ce qui n’est malheureusement pas possible sur un tel sujet sans l’utilisation du numérique, ces compétences n’étant plus au programme ou les heures dédiées étant trop faibles face aux lacunes de chacun.


Plus d’infos sur : Claudine Jean-Louis

À l’occasion de l’université d’été de Ludovia, 18ème édition, de nombreux enseignants et autres membres de la communauté éducative vont venir présenter leur expérience avec le numérique sur le thème de l’année, « Le numérique éducatif est-il social ? ». Ludomag se propose de vous donner un avant-goût de ces ateliers jusqu’au début de l’évènement, lundi 23 août.

Claudine Jean-Louis présentera « Réduire les inégalités sociales, la violence et l’isolement par la maîtrise de sa langue maternelle » sur la session II « L’ACCÈS AUX RESSOURCES ET AUX CONTENUS PÉDAGOGIQUES DANS UNE SOCIÉTÉ NUMÉRIQUE », mardi 24 août après-midi.

Retrouvez tous les articles sur Ludovia#18 et toutes les présentations d’ateliers sur notre page dédiée.

Votre opinion sur cet article ?

Génial !
1
Chouette
0
J'aime
0
Dubitatif
0
Bof
0

Tu pourrais aussi aimer

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    La formulation du titre est ambigu ou contient une faute de frappe : veut-on dire « Réduire les inégalités sociales, la violence, l’isolement et NON PAS la maîtrise de la langue maternelle » ? Ou alors « Réduire les inégalités sociales, la violence et l’isolement PAR la maîtrise de la langue maternelle » ?
    Je penche pour la seconde solution 😉
    Sujet intéressant dans tous les cas.

    1. Bonjour Hubert,
      Effectivement, une erreur s’est glissée dans le titre !
      Merci pour votre retour. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d’articles:Retours d'usages