ACTUALITÉS EN BREF

Les représentations dans les univers numérique : Ethos discursif dans les témoignages d’hommes et de femmes victimes de violence conjugale

Pour la quinzième édition du Colloque scientifique Ludovia#16, 36 communications vous seront présentées sur le thème « Numériques & représentations ». Ludomag se propose de vous donner un avant-goût du colloque jusqu’au début de l’événement, mardi 20 août.

 

Samira Messaoudi présentera « Les représentations dans les univers numérique : Ethos discursif dans les témoignages d’hommes et de femmes victimes de violence conjugale » le mercredi 21 août.

Résumé de la communication:

Le présent travail porte sur les violences conjugales et leur mise en discours. Nous nous sommes intéressée à ce sujet sensible pour son caractère humain, l’impact qu’il a sur la société et l’intérêt qu’il suscite en sciences humaines et sociales. Notre problématique vise à̀ faire une analyse descriptive d’un certain type de situation communicative : la mise en discours de la violence conjugale à travers le genre du témoignage numérique.
Ce travail aura pour objet de montrer et d’examiner pourquoi les hommes battus sont si peu nombreux à exprimer leurs souffrances sur les forums ? Et quant à̀ ceux qui sortent du silence et qui s’extériorisent, s’expriment-ils pareillement que les femmes ? Rendent-ils compte des violences conjugales, leurs violences conjugales, de la même manière ? Nous nous attardons à faire une analyse comparative des témoignages d’hommes et de femmes battu(e)s afin de répondre au mieux à ces questions. Nous nous concentrerons ensuite sur deux témoignages : l’un étant écrit par un homme battu, l’autre par une femme battue au présent, toujours en couple et sous le même toit avec le conjoint violent au moment du témoignage. Deux témoignages relatant un même évènement : la violence conjugale. Comment les deux perçoivent-ils ce fléau ? Quels moyens mettent-ils en œuvre pour le mettre en récit ?
Bien que l’hypothèse d’une différence discursive au niveau des genres fasse l’objet de nombreuses remises en question, les questions que nous nous posons nous amènent à opter pour une description contrastive genrée des textes en décrivant la mise en récit de la violence à travers l’examen des marques énonciatives, rhétoriques et argumentatives caractérisant les hommes et les femmes battu(e)s. Aussi, une partie de ce présent travail s’intéresse à la construction d’un ethos et d’une représentations de soi.
Nous travaillons sur un corpus à partir duquel nous dégageons des observations permettant de mettre en évidence des régularités et des spécificités linguistiques et sémiotiques de la mise en récit de la violence. Cette problématique tend, elle aussi, à mettre en avant la nécessité de l’établissement d’un corpus constitué de textes (dans notre cas 800 témoignages de femmes et d’hommes battus issus du Web.

NB : Nous entendons par le terme « genre » le concept qui permet de faire la différence entre homme et femme, il n’est pas assigné au discours ou aux témoignages en eux-mêmes

Plus d’info sur : Samira Messaoudi
Retrouvez tous les articles sur Ludovia#16 et toutes les présentations d’ateliers sur notre page www.ludovia.com/tag/ludovia-2019

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top