Retours d'usagesUniversité d'été

Numérique éducatif : Multi-niveaux et flux de travail : un exemple d’organisation numérique

Dans l’idée du numérique pédagogique, quelle place occupe le travail de l’enseignant en dehors du temps en classe ? Avec la multiplication des outils et services quelle sélection faire et dans quel but ? Les critères sont inhérents à chacun selon ses habitudes, aussi cet atelier ne montre qu’une possibilité adaptée à son utilisateur. Quels sont les critères qui me guident ? Mon but premier est de gagner en efficacité pour que mon temps professionnel n’augmente pas alors que le triple niveau est chronophage, lindividualisation des parcours dapprentissage aussi.

Dans mon univers numérique, comment organiser mon flux de travail afin de contrôler ce temps ? Services, outils, astuces, comment les faire converger pour une efficacité accrue ? De quelle manière les associer dans un système efficace et pour cela quel changement opérer dans les dispositifs de travail ? Comment le numérique a accompagné les changements dans ma pédagogie, leur a permis de se pérenniser au-delà du premier élan ?

L’utilisation d’outils numériques accompagne la réflexion pédagogique et lui propose une série d’outils pour répondre aux nouveaux défis qui lui sont proposés comme le confinement. Quelle est ma sélection pour mettre en ligne des ressources de manière rapide, pour qu’elles soient gérées aisément et accessibles à des élèves de l’élémentaire ? Qu’est-ce que je garde de ces épisodes de confinement dans ma pratique quotidienne de classe ?

Apport du numérique :

La gestion d’une classe au quotidien demande d’effectuer une liste de petites tâches qui se répètent et s’additionnent au long des semaines. L’organisation qui est présentée, sans qu’elle puisse les effacer tente plusieurs solutions :

  • dans la préparation, elle propose le recours à des services en ligne et des dispositifs mobiles pour fluidifier les opérations et associer différentes productions pour obtenir par exemple un cahier-journal qui me convienne.
  • dans la gestion des résultats je garde une trace de l’activité des enfants sur le tableur de ma tablette qui automatiquement me fournira des résultats à répercuter dans mon gestionnaire en ligne qui s’occupera de créer des bilans personnalisés.
  • dans le retour aux élèves, pour que ces derniers puissent garder un œil sur leurs résultats et progrès, l’association tableur et traitement de texte autorise la création de fiches individuelles en un temps record.
Relation avec le thème de l’édition :

Dans le monde de la culture numérique les outils se multiplient mais les imbrications demandent une certaine expérience et habitude de leurs possibilités et de leurs limites. L’atelier proposé est un exemple de la création d’un tel système basé sur des solutions efficaces mais également des bricolages, des passerelles entre les systèmes, et les outils le tout dans l’optique d’une gestion d’un triple niveau, de parcours individualisés, d’adaptation au quotidien. Cette présentation montre mon appropriation d’outils ou leur détournement pour que l’ensemble me convienne.

Synthèse et apport du retour dusage en classe :

Dans ma pratique de classe j’ai besoin d’une série de documents tout au long de ma journée. Cet ensemble vient d’une organisation et d’outils que j’ai sélectionnés au fur et à mesure des années et des problèmes que j’ai rencontrés. La sélection s’est portée vers ceux qui étaient à même d’être plus rapides ou plus efficaces que ce que je connaissais jusqu’alors. Une évolution lente qui a vu mes pratiques numériques évoluer, des automatismes se construire, de nouvelles habitudes se mettre en place. Des astuces sont utilisées, des outils détournés mais surtout, tous sont en relation les uns avec les autres pour créer un système qui soit le moins gourmand en temps malgré mes besoins.

L’objectif reste que la journée, la semaine, la période soient préparées avec la cohorte de documents nécessaires et que tout cela soit disponible : progression, cahier-journal, manuel de référence et évaluations individuelles en ligne (toujours sous la main et modifiables à la volée).

Cet objectif s’est également doublé de celui d’être adaptable, à même de répondre à un contexte changeant dans la situation sanitaire instable.

Ce numérique-là représente les coulisses de la journée de classe, invisibles pour les élèves mais essentielles pour que la journée se déroule avec le moins de freins possibles.

Est-ce le bon système ? Je dirai qu’il me convient pour l’instant mais que je cherche toujours à l’améliorer. Est-ce qu’il est transférable ? Oui, au moins en partie, c’est à chacun de voir selon son matériel, sa pédagogie et ses envies.

Plus d’infos sur : Sébastien Manodritta


À l’occasion de l’université d’été de Ludovia, 18ème édition, de nombreux enseignants et autres membres de la communauté éducative vont venir présenter leur expérience avec le numérique sur le thème de l’année, « Le numérique éducatif est-il social ? ». Ludomag se propose de vous donner un avant-goût de ces ateliers jusqu’au début de l’évènement, lundi 23 août.

Sébastien Manodritta présentera « Multi-niveaux et flux de travail : un exemple d’organisation numérique » sur la session III « TERRITOIRES, ESPACES ET TEMPS D’APPRENTISSAGE », mercredi 25 août matin et sur la session IV « CULTURE NUMÉRIQUE », mercredi 25 août après-midi.

 

Retrouvez tous les articles sur Ludovia#18 et toutes les présentations d’ateliers sur notre page dédiée.

Votre opinion sur cet article ?

Génial !
0
Chouette
0
J'aime
0
Dubitatif
0
Bof
0

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d’articles:Retours d'usages