Education aux média

Prise de risque et prévention, quand théâtre et réseau social complotent au service des élèves !

A l’occasion de l’université d’été de Ludovia, 16ème édition, de nombreux enseignants et autres membres de la communauté éducative vont venir présenter leur expérience avec le numérique sur le thème de l’année, « Intelligences & représentations du numériques dans l’éducation ». Ludomag se propose de vous donner un avant-goût de ces ateliers jusqu’au début de l’évènement, mardi 20 août.

 

Christelle Lacroix & Monique Bebnarowicz présenteront « Prise de risque et prévention, quand théâtre et réseau social complotent au service des élèves ! » sur la session III, Espaces & temps d’apprentissage.

Problématique pédagogique :

Comment la pièce de théâtre « Complot dans le Dico » écrite par Nadine Malo et Jean Christophe Parquier du Théâtre des Dunes et créée par Prévention MAIF pour aider les enfants et les adultes à réfléchir sur les risques de la vie courante et numériques, peut-elle servir de support à un atelier de création littéraire, de réflexion scientifique et de communication sociale avec le numérique ?

Prévention MAIF a pour objectif de faire tourner ce spectacle pour permettre aux différents publics de prendre en compte l’approche positive du risque et s’interroger sur leur propre exposition, dans leur vie quotidienne.

Twittconte consiste à donner un smartphone aux personnages pour qu’ils racontent eux-mêmes leurs aventures en direct sur un réseau social, personnages derrière lesquels agissent bien sûr des élèves en situation.

En fusionnant les objectifs, on favorise à la fois l’accès :
– à la littérature via la lecture, l’appropriation, l’interprétation (travail sur l’implicite et l’explicite des textes) et la réécriture d’un texte théâtral.
– à la littératie numérique par l’imaginaire, par la création de textes de communication sociale en suivant un scénario prédéfini : le twittconte s’écrit par association de répliques (tweets) des personnages pour raconter une histoire. La pièce de théâtre réelle est transposée en une pièce de théâtre virtuelle dont les élèves sont les acteurs jouant également le rôle d’auteur. La mise en images pour illustrer les répliques en fait un genre d’écriture nouveau.
– à la maîtrise de la langue, la publication en ligne favorise et engage à la réflexion sur la langue.
– à la réflexion avec l’apport des sciences, qui abordent la problématique des risques, l’apprentissage des cryptogrammes, des modes d’emploi, les gestes de secours, la conduite à tenir en cas d’accident… La réflexion en s’appropriant l’identité des personnages se poursuit également sur la mise de ligne de son identité personnelle sur un réseau social : qu’est-ce que cela signifie ? Quels enjeux pour ma personne ?
– à une démarche collaborative appliquée à la prévention par le savoir partagé. Le projet se construit par l’apport de chacun : quels messages communiquer et quelle répartition des tâches, chacun a un rôle précis à jouer : l’œuvre collective se construit ensemble. Les jeunes deviennent producteurs puis ambassadeurs de messages de prévention grâce à leurs productions partagées auprès de leurs proches et sur les réseaux sociaux.

La belle histoire : Prévention MAIF et Twittconte se sont rencontrés pour la première fois à Ludovia15 et ont y ont formalisé les premières bases de ce partenariat pas si courant entre une association et un dispositif enseignant.

Apport du numérique :

Le numérique permet :
– L’accès aux ressources du cours produites par les enseignants et déposées en ligne : des carnets d’activité numériques personnels pour accompagner les élèves pas à pas dans la construction de l’œuvre collective :
● En les sensibilisant aux personnages qu’ils devaient s’approprier dans des activités diverses
● En les accompagnant dans la lecture du texte théâtral et l’écriture du Twittconte

– Le travail collaboratif : les tablettes numériques utilisées par chaque élève permettent de produire, présenter (chaque élève peut prendre la main sur le vidéo projecteur de la classe pour diffuser son travail) partager et mutualiser toutes les productions dans la classe, mais aussi entre les classes et entre les disciplines. Loin d’une simple juxtaposition de productions, il s’agit de les scénariser en amont afin de les combiner et articuler pour créer du sens. L’histoire se construit par l’apport de chacun. C’est ainsi que l’on crée l’œuvre collective.

– Le travail créatif : les illustrations, qu’elles soient en audio, en vidéo ou en visuel sont créées avec des outils numériques permettant de créer ses images avec comme seule limite son imagination mais dans la contrainte fertile du respect du sens de l’histoire.

– La communication sur Twitter : L’usage pédagogique du réseau à la fois comme moyen de communication (avec l’auteur, avec d’autres classes, avec les parents…), comme outil au service de la production écrite (rédaction du Twittconte), mais également comme objet d’étude sur l’identité numérique et les risques attenants.

– La recherche d’informations sur la signalétique préventive et sécuritaire, les gestes de secours, la conduite à tenir dans les situations d’urgence… pour prendre conscience des erreurs à ne pas commettre et s’interroger, sur sa propre exposition, dans la vie quotidienne, et en anticiper les conséquences.

Relation avec le thème de l’édition :

Dans le projet « Twittconte et Prévention partagée », le numérique apparaît comme vecteur de création, de communication et de réflexion sur lui-même au service de l’intelligence collective de la classe. Il est un facilitateur de partage, de collaboration et de construction de sens dans les activités qui use des intelligences de chacun dans une pédagogie de type classe mutuelle. Le numérique pour faire société dans sa classe et au delà sur le territoire numérique, pour placer l’élève au coeur des apprentissages dans une démarche de pédagogie active qui change à la fois les représentations sur les pratiques pédagogiques et le regard sur les usages numériques. Le numérique permet de dépasser les compétences uniquement disciplinaires et favorise largement la transversalité.

Synthèse et apport du retour d’usage :

Les élèves commencent par se pencher sur cette histoire en cours de français en lisant les 2 premières scènes (l’exposition) de la pièce de théâtre pour découvrir qui sont ces mots du Dico, vivant comme des personnages, au pouvoir incroyable sur la vie des gens.

Ils comprennent alors les enjeux bien réels qui se cachent derrière l’histoire : depuis que Risque a disparu, kidnappé par Catastrophe et Accident, suite à un complot avec Routine (devenue alors, souveraine du Dico), Prudence ne parvient plus à prévenir les enfants des dangers.

L’étape suivante consiste à s’approprier le rôle de Catastrophe et Accident, Prudence, Routine et les faire agir sur la vie de quelques personnages sortis tout droit d’autres Twittcontes, pour que le pire arrive. Les rôles distribués, le scénario réparti, le récit twittcontesque s’écrit en cours de français par répliques, ensuite assemblées pour obtenir une pièce de théâtre “virtuelle”.

La réflexion permettant d’aborder, dans une démarche d’investigation, les risques de la vie courante, la conduite à tenir, les gestes de secours est menée en cours de sciences.

Elle se poursuit en cours d’anglais comme un prolongement avec la création de messages de prévention (affiches, vidéos) dans la langue de Shakespeare, permettant d’ouvrir d’autres horizons et de réinvestir des notions linguistiques telles que can/can’t ; must/must’nt…

Un échange avec l’auteur de la pièce via Twitter, à partir du compte classe, favorise l’expression des auteurs en herbe sur cette expérience peu commune, un échange autour de leurs apprentissages, de même que ce bilan personnel.

Après le live qui permet la diffusion des productions de « Complot dans le Dico » version Twittconte les élèves se rendent au spectacle. La rencontre réelle avec les personnages que les élèves se sont appropriés pendant l’expérience virtuelle TwittComplot prend tout son sens : on est parti du texte, on revient au texte avec des clés en plus pour le comprendre et réfléchir de façon positive sur le risque au quotidien.
Tout le projet sur https://wittconte.org : http://bit.ly/TwitComplot

Plus d’infos sur : Christelle Lacroix & Monique Bebnarowicz
Retrouvez tous les articles sur Ludovia#16 et toutes les présentations d’ateliers sur notre page https://www.ludomag.com/tag/ludovia-2019

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top