international

LUDOVIA#BE : une première édition pour prendre de la hauteur par rapport au numérique

Retour en images sur la première édition de LUDOVIA version wallonne et automnale, qui s’est tenue du 29 au 31 octobre dans la charmante et bucolique ville de Spa, avec des thermes, comme à Ax-les-Thermes, version FRANCE et comme à Yverdon-les-bains, version SUISSE, Canton de Vaud ! qui a remporté un vif succès.

En effet, avec près de 700 participants et beaucoup de potentiel, l’organisateur, l’ADN (Agence du Numérique) et son chef d’orchestre, Sébastien Reinders, ont largement assuré les objectifs qu’ils s’étaient fixés.

« Nous avons souhaité que l’université d’automne soit un lieu où les 1300 enseignants qui font partie des projets école numérique, portés par Digital Wallonia et la région wallonne puissent se retrouver pour échanger et partager leurs expériences qu’ils mènent depuis 3 ans, lancement des projets “école numérique“« ,  explique Sébastien Reinders, chef de projet LUDOVIA#BE.

Pourquoi LUDOVIA#BE ?

« À ce jour, je ne crois pas que ce type d’évènements ait déjà eu lieu en Belgique et en région wallonne et je crois qu’il y avait un réel besoin », poursuit-il.

Pour François Jourde, techno-pédagogue, « les enseignants ont un vrai besoin de s’approprier le numérique comme culture« . Il rejoint en ce sens les propos de Sébastien Reinders qui parlait de “manque“ en invoquant le pourquoi d’organiser un tel évènement.

Vous retrouverez également dans ce reportage, une interview de Marianne Grandjean, enseignante en langues modernes, qui parle de son expérience avec le numérique et des attitudes des élèves dans un contexte de travail avec les outils numériques ; elle parle aussi du partage et des échanges avec les collègues, « qui marchent plutôt bien pour des échanges interdisciplinaires« .

Jessica Dejas, elle aussi enseignante, a intégré tout le matériel numérique à sa disposition (tablettes, TNI, robots) dans son enseignement. Les élèves, assez euphoriques au départ, « se sont vite rendus compte que c’était vraiment un outil de travail qui leur apportait beaucoup de ressources et beaucoup de possibilité de création« .

LUDOVIA essaime partout dans le monde francophone, alors pourquoi ? Eric Fourcaud, responsable du développement, donne son point de vue sur la question.

« Le centre de LUDOVIA, c’est l’enseignant ; et ça, c’est déjà toute la différence ».

 

Retrouvez la communauté LUDOVIA sur ludovia.org

 

 

 

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: eteachers #97 : Alerte orange - eteachers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top