RETOURS D'USAGES

Badges de compétences et parcours différenciés sur l’ENT : évaluer pour les apprentissages (histoire-géographie)

A l’occasion de l’université d’été de Ludovia, 17ème édition, de nombreux enseignants et autres membres de la communauté éducative vont venir présenter leur expérience avec le numérique sur le thème de l’année, « Injonctions numériques : entre techno-enthousiasme et pratiques collectives ». Ludomag se propose de vous donner un avant-goût de ces ateliers jusqu’au début de l’évènement, lundi 24 août.

 

Marie-Camille Fourcade présentera « Badges de compétences et parcours différenciés sur l’ENT : évaluer pour les apprentissages (histoire-géographie) » sur la session III « ENSEIGNER ET SE FORMER AU XXIÈME SIÈCLE » .

Problématique pédagogique :

L’évaluation est une de nos missions d’enseignant.e, pensée dans notre ingénierie pédagogique. Quand elle est formative en classe, elle revêt parfois une forme discursive et non instrumentée. Il apparaît de plus en plus nécessaire de la formaliser. Comment mettre en oeuvre des stratégies d’évaluation formative médiatisées et clairement visibles ? L’enseignement à distance a rendu encore plus nécessaire cette médiatisation. Comment garder sa dimension participative et sociale (référence à un article de Mickaël Bertrand, enseignant d’histoire-géographie) ? Les élèves peuvent choisir des badges à travailler ; dans les parcours associés aux badges, les élèves seront amenés à s’auto-évaluer et évaluer des camarades (évaluation par les pairs). 

Par ailleurs, nous recevons une forte injonction à utiliser les outils institutionnels comme l’ENT. Comment utiliser les fonctionnalités de l’ENT (classeur pédagogique, cahier de texte) pour différencier le travail et l’accompagnement des élèves ? Selon le badge choisi, les élèves reçoivent un parcours plus ou moins personnalisés selon leur profil et il recevront un feedback oral de l’enseignante. 

L’évaluation au service des apprentissages est une pratique à rendre le plus visible possible pour l’élève afin qu’ait lieu la secondarisation des savoirs attendue : badges, grilles d’auto-évaluation, feedback oral du·de la professeur·e, évaluation par les pairs en classes virtuelles. L’objectif est de développer le sentiment de compétence des élèves afin de préserver leur confiance en eux et elles, indispensable pour le retour en classe.

Apport du numérique : 

Quatre apports du numérique : la réalisation d’un support de présentation multimédia (genia.ly) attractif pour présenter le projet ; avec le classeur pédagogique de l’ENT, préparer des parcours interactifs très didactisés pour accompagner l’appropriation du contenu pas à pas : vidéos interactives (adobe spark et edpuzzle), exerciseurs de l’ENT favorisant le testing des élèves avec retour immédiat ; utiliser le cahier de texte de l’ENT pour différencier le travail à faire selon la demande de badge de l’élève et lui adresser un feedback oral personnalisé. De manière transversale, la possibilité donnée par tous ces outils de poser ma voix, du support de présentation initial, au feedback, en passant par la présentation des tâches dans le classeur pédagogique est très précieuse car elle permet de disséminer des marqueurs de présence ; ainsi, le travail peut se prolonger hors classe. Le suivi de badge a été automatisé à l’aide de tableurs préalablement programmés.

Relation avec le thème de l’édition :

Cette proposition s’insère dans la session “Enseigner et se former au XXIe siècle.” 

Pendant la continuité pédagogique, l’injonction était forte à utiliser les outils institutionnels comme l’ENT. J’utilisais ponctuellement le classeur pédagogique ; durant cette période, j’ai pris le temps d’explorer davantage son potentiel et didactiser des tâches (haut niveau de guidance, vidéo interactives de méthode, évaluation de productions de camarades à l’aide d’exerciseurs) au service des compétences visées (oral, écrit, analyse de document, cartographie). Grâce à ce classeur pédagogique, je mutualise les scenarii avec les collègues (travail d’équipe) et les diffuse de manière individuelle, à la demande des élèves par le biais du cahier de texte; ainsi, les élèves se positionnent librement sur 4 parcours au choix : on sait que la possibilité de choisir est un levier essentiel de la motivation intrinsèque de l’élève. Ces tâches seront réutilisées l’année prochaine ( “semaine des compétences”). Pour faire le suivi des badges, j’ai profité du partage de pratiques sur Twitter et de l’aide de collègues du collectif d’enseignant·es Patchwork auquel j’appartiens pour me familiariser avec les tableurs à paramétrer pour organiser un suivi automatisé des badges obtenus. J’ai aussi profité de ma participation au collectif “CartExos” qui m’a permis d’avoir du matériel pédagogique déjà prêts. Ainsi, je suis parvenue à un mix d’outils, de l’institutionnel aux outils qui questionnent mon respect du RGPD.

Synthèse et apport du retour d’usage en classe : 

Ce projet a été mis en oeuvre pendant la continuité pédagogique mais il prolongeait des pratiques de classe (passeports de compétences papier et badges). Les élèves ont contribué à un questionnaire anonyme pour partager leur vécu.  Les résultats de cette enquête montre un impact sur la motivation et sur leur sentiment de compétence. Il permet aussi de montrer les limites de la mise en oeuvre : difficulté à s’orienter sur l’ENT, perception encore peu claire de l’intérêt de l’évaluation par les pairs.  Enfin, il ont exprimé le niveau de difficulté ressenti et se sont positionnés sur les aides qui leur ont été les plus utiles : ce sont autant d’enseignement qui vont me permettre d’améliorer le dispositif.  Il serait intéressant de partager les difficultés rencontrées, les échecs et les réussites avec les collègues.

Plus d’infos sur : Marie-Camille Fourcade
Retrouvez tous les articles sur Ludovia#17 et toutes les présentations d’ateliers sur notre page https://www.ludomag.com/tag/ludovia-2020/

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top