Education aux média

Une éducation à l’image à Mayotte ?

Pour la quinzième édition du Colloque scientifique Ludovia#16, 36 communications vous seront présentées sur le thème « Numériques & représentations ». Ludomag se propose de vous donner un avant-goût du colloque jusqu’au début de l’événement, mardi 20 août.

 

Bruno Girard & Jacques Kerneis présenteront « Une éducation à l’image à Mayotte ?  » le jeudi 22 août.

Résumé de la communication:

À Mayotte, de culture musulmane, et comme partout dans le monde, à travers les smartphones et les outils numériques divers, ont été propulsées une multitude d’images. En 2017-2018, au Centre Universitaire de Formation et de Recherche de Mayotte, dans le cadre de la formation professionnelle des enseignants, recrutés de manière originale à la fin de la licence, des étudiants ont dû produire collectivement une œuvre coopérative (au sens de Ladage et Chevallard, 2011). Comme on pouvait s’en douter, elles ont largement fait appel à l’image (fixe et animée) .

Ces réalisations, en situation d’apprentissage, posent un certain nombre de questions que nous explorons à travers l’étude sémiologique du corpus produit par les étudiants, mais également à travers la réalisation d’entretiens collectifs et individuels que nous menons avec ces derniers qui sont maintenant en master 2 et travaillent en alternance dans des classes. Se sentent-ils compétents pour enseigner l’image ou sont-ils dans l’indécision (Kerneis, 2010), quel est l’impact culturel des images sur les élèves qu’ils côtoient, comment appréhendent-ils cette dimension culturelle des images dans le contexte mahorais ? Nous nous appuyons également pour ce faire sur un collectif d’étudiants-chercheurs (Cheik-Ahamed, Delamotte, Kerneis, et Priolet, 2019) constitué par des étudiants de master 1 qui s’interrogent sur l’aspect disruptif des écrans (Frau-Meigs, 2011) dans la société mahoraise. Cette étude s’inscrit dans un environnement particulier où 40% de sa population fréquente les bancs de l’école publique.

Nous mobilisons conjointement dans le cadre de cette étude, le système théorique des espaces de communication (Odin, 2011) pour mettre en évidence le développement professionnel (Wittorski, 2007) que les étudiants se construisent dans le domaine de l’image, mais aussi celui de la sémiologie et de l’anthropologie des images (Pour une anthropologie des images, Hans Belting, 2004) pour l’analyse des représentations produites afin de mettre en évidence la dimension d’interculturalité et d’hybridation (déjà fort développée dans le contexte régional) qui anime leurs productions.

L’image étant devenue omniprésente au moment même (et pour cette raison) où les outils numériques et les réseaux sociaux ont vu leurs usages démocratisés sur l’île, cette étude menée dans un des moments remarquables de cette évolution, est susceptible de révéler des formes singulières de métissage à la fois technique et culturel de l’ordre de ceux qu’aborde Michel Serres dans Petite Poucette (2012).

                                   

    1. Illustration d’une des œuvres collectives                      2. Minotaure, copie d’une statue de Myron,
                                                                                                                  Musée national archéologique d’Athènes

Plus d’info sur : Bruno Girard & Jacques Kerneis
Retrouvez tous les articles sur Ludovia#16 et toutes les présentations d’ateliers sur notre page www.ludovia.com/tag/ludovia-2019

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top