RETOURS D'USAGES

En quoi l’utilisation de la carte mentale sur un support numérique serait-elle un outil pour apprendre à apprendre ?

A l’occasion de l’université d’été de Ludovia, 16ème édition, de nombreux enseignants et autres membres de la communauté éducative vont venir présenter leur expérience avec le numérique sur le thème de l’année, « Intelligences & représentations du numériques dans l’éducation ». Ludomag se propose de vous donner un avant-goût de ces ateliers jusqu’au début de l’évènement, mardi 20 août.

 

Muriel Lauzeille présentera « En quoi l’utilisation de la carte mentale sur un support numérique serait-elle un outil pour apprendre à apprendre ? » sur la session I, Ressources numériques.

Problématique pédagogique :

Quels sont les enjeux de l’utilisation de la carte mentale sur un support numérique ? Comment amener les élèves à construire eux-mêmes leurs cartes mentales à l’aide d’un support numérique ? Comment privilégier l’utilisation des cartes mentales centrée sur l’apprenant dans le cadre des parcours des ceintures de compétences ou dans le cadre des activités permettant la conceptualisation et la hiérarchisation de l’information ?
La carte mentale convoque à la fois le plaisir, la créativité, des choix personnalisés (images, couleur), une organisation personnelle des idées ; elle favorise la compréhension, permet un gain de temps et valorise l’élève.
Lors de sa réalisation et/ou de son utilisation, elle permet de travailler de nombreuses compétences. Le potentiel pédagogique des cartes mentales en terme de métacognition, de construction et de structuration des connaissances dans de multiples contextes d’apprentissage est également très fort (cf les fonctions de la carte mentale)…

Apport du numérique :

Même s’il est préférable d’initier les élèves aux cartes mentales sur une version papier, il est important de prolonger cet apprentissage en ayant recours à l’utilisation de programmes de mindmapping.
L’apprentissage des cartes mentales à l’aide d’un outil numérique ( sur tablette en particulier) et d’un programme adapté aux élèves (iMindMap Kids par exemple) permet de créer aisément des représentations graphiques, de les sauvegarder, de les corriger, de les partager, de les imprimer voire de les publier sur les différents réseaux numériques.

De plus, La carte mentale constitue un fabuleux outil pédagogique. Intuitive, facile à mettre en œuvre grâce aux nombreux logiciels disponibles sur internet, elle permet d’organiser différents les apprentissages et d’en varier les modalités :
– travail de recherche,
– projet
– travail individuel,
– travail de groupe,
– coopération,
– entraide,
– évaluation…

« Tous les enseignements doivent apprendre aux élèves à organiser leur travail pour améliorer l’efficacité des apprentissages. Les méthodes et outils pour apprendre doivent également contribuer à faire acquérir la capacité de coopérer en développant le travail en groupe et le travail collaboratif à l’aide des outils numériques, ainsi que la capacité de réaliser des projets. »

Relation avec le thème de l’édition :

La carte mentale se distingue des autres méthodes d’apprentissage parce qu’elle sollicite l’ensemble du cerveau : l’hémisphère gauche pour la logique, la structure hiérarchisée, le langage (mots-clés) et l’hémisphère droit pour tout ce qui a trait au visuel (créativité, imagination et intuition).
Les cartes mentales sont donc un outil qui peut accompagner parfaitement les processus mentaux, mieux aider à penser, réfléchir, apprendre et mémoriser : autant de fonctions cognitives sollicitées dans le contexte scolaire.
L’outil numérique contribuerait à faciliter l’organisation des informations (évolution d’un projet, correction à différents moments dans l’unité d’apprentissage, synthétisation). Son utilisation révèle une augmentation de la motivation des apprenants.
L’enseignant peut s’appuyer sur des dispositifs variés (privilégiant la coopération et l’interaction entre les élèves, dispositifs qu’il pourra transposer à l’ensemble des disciplines enseignées.

Synthèse et apport du retour d’usage :

J’utilise les cartes mentales dans ma classe depuis plusieurs années. J’ai eu l’occasion d’approfondir le sujet dans le cadre de la formation de mes collègues (animations pédagogiques) et grâce à l’écriture de mon livre « Utiliser les cartes mentales à l’école » (RETZ). Mes élèves après avoir appris à réaliser des cartes mentales en version papier ont eu l’occasion d’expérimenter les cartes mentales sur un support numérique lorsque notre commune a doté l’école de tablettes numériques et la WIFI dans l’école.
Depuis, les cartes mentales ne se font que sur un format numérique qu’ils peuvent modifier, partager…
Les cartes mentales sont intégrées aux parcours des ceintures de compétences développées avec le C2CEdu. Les élèves peuvent réaliser des chefs d’œuvre en carte mentale sur les notions choisies dans un domaine d’apprentissage particulier. Ils peuvent également aider un camarade dans le cadre du tutorat. En histoire, les élèves sont amenés à synthétiser les notions des chapitres étudiés en carte mentale, avant de passer à l’évaluation finale. Ces productions individuelles sont enrichies à l’aide des idées des pairs. Les cartes mentales peuvent également être élaborées de façon collective. Les tablettes sont arrivées dans l’école en fin d’année 2018 et ont permis d’accélérer le recours à l’utilisation spontanée des cartes mentales sur un support numérique dans ma classe.

Plus d’infos sur : Muriel Lauzeille
Retrouvez tous les articles sur Ludovia#16 et toutes les présentations d’ateliers sur notre page https://www.ludomag.com/tag/ludovia-2019

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top